Comprendre les autres

Chaud, dans "The Evolved Self " de Robert Kegan il y a un passage où une jeune adolescente est en retard développementalement (en gros elle est bloquée au stade cognitif Rouge et n’a pas encore développé les capacités cognitives Bleues), et Kegan présente les tentatives bien intentionnées de la mettre dans le droit chemin (en lui enseignant les valeurs bleues) par les parents et les institutions école, psy, centre de rééducation etc comme de la cruauté involontaire et inconsciente. En gros c’est comme si un enfant était à la ramasse au cours de basketball parce qu’il a un handicap aux bras qui lui empêche de les lever, et que pour le mettre au niveau des autres on lui faisait passer une thérapie en mode cours de basketball, dont les critères pour réussir la thérapie présupposent d’être capable de bien jouer au basketball :smiling_imp: On la force à réussir quelque chose qu’elle est (à ce stade développemental) incapable de réussir. La thérapie est vouée à échouer et confronter l’adolescente à son incapacité de lever correctement les bras (ici à comprendre « exprimer correctement les codes Bleus »), et ce sera interprété par les adultes (qui ne sont pas jaunes) comme de la provoc, de la feignantise, un manque de volonté de participer aux jeux collectifs, etc. Parce qu’à son âge elle est censé être capable de comprendre tout ça, comme les autres de son âge (sauf qu’elle non, elle est en retard) En gros c’est interprété comme un rejet des codes Bleus alors que l’enfant/ado n’a même pas encore la capacité de concevoir les codes Bleus (et donc ne peut les rejeter).
Et en lisant ça, ça m’a tellement fait penser à ceux qui essaient de mettre les complotistes dans le droit chemin par le rationnel, alors que souvent si les individus sont dans le complotisme en premier lieu c’est qu’ils sont handicapés rationnellement. Ce n’est pas qu’ils rejettent la rationalité Orange c’est qu’ils sont incapables de la concevoir (et donc ne peuvent la rejeter).

On en revient à la cruauté inconsciente dont parle R.Kegan, car on les force à faire quelque chose dont ils sont incapables.
Et ça soulève le problème de la fragmentation développementale au niveau social. C’est un problème à l’école quand un enfant est à la ramasse (ou en avance d’ailleurs), ça crée une fragmentation et un clivage. Et du coup là c’est pareil au niveau social et global.

Un autre exemple serait de punir socialement un enfant autiste pour ne pas être social. L’enfant autiste ne pourra même pas comprendre la punition car le monde social lui échappe complètement.

Chaud, dans "The Evolved Self " de Robert Kegan il y a un passage où une jeune adolescente est en retard développementalement (en gros elle est bloquée au stade cognitif Rouge et n’a pas encore développé les capacités cognitives Bleues), et Kegan présente les tentatives bien intentionnées de la mettre dans le droit chemin (en lui enseignant les valeurs bleues) par les parents et les institutions école, psy, centre de rééducation etc comme de la cruauté involontaire et inconsciente. En gros c’est comme si un enfant était à la ramasse au cours de basketball parce qu’il a un handicap aux bras qui lui empêche de les lever, et que pour le mettre au niveau des autres on lui faisait passer une thérapie en mode cours de basketball, dont les critères pour réussir la thérapie présupposent d’être capable de bien jouer au basketball :smiling_imp: On la force à réussir quelque chose qu’elle est (à ce stade développemental) incapable de réussir. La thérapie est vouée à échouer et confronter l’adolescente à son incapacité de lever correctement les bras (ici à comprendre « exprimer correctement les codes Bleus »), et ce sera interprété par les adultes (qui ne sont pas jaunes) comme de la provoc, de la feignantise, un manque de volonté de participer aux jeux collectifs, etc. Parce qu’à son âge elle est censé être capable de comprendre tout ça, comme les autres de son âge (sauf qu’elle non, elle est en retard) En gros c’est interprété comme un rejet des codes Bleus alors que l’enfant/ado n’a même pas encore la capacité de concevoir les codes Bleus (et donc ne peut les rejeter).

@Bertrand C’est pas juste une sociopathe ou un truc similaire sinon la gamine ?

Justement R. Kegan met en avant à quel point beaucoup d’ados paraissent être des sociopathes pour les adultes :grin: En l’occurrence peut-être que c’était une sociopathe elle, mais c’est ambigu. Mais le diagnostic mainstream de l’époque allait clairement dans ce sens, et R. Kegan a défendu la position inverse.

Et au final il avait raison ?

Pas encore eu la fin de ce cas, c’est fragmenté, mais pour l’instant je dirais que oui.