L'évolution dans la spirale dynamique diffère selon le sexe

Intéressant « But if there is something intrinsically differentiation-oriented about maleness and inclusion-oriented about femaleness, it is possible that despite the way the evolutionary truces move back and forth in their emphases, a man may tend to move through all of them in a more differentiated way, and a woman in a more integrated way. Whether the orientations are intrinsic or a product of acculturation, it seems true that as long as they exist we will tend to see men spending somewhat longer times in those evolutionary truces tilted toward differentiation (the imperial/rouge (2) and institutional/orange (4) balances), and women spending somewhat longer times in the truces tilted toward integration (the interpersonal/bleu (3) and interindividual/vert (5) balances). Put another way, women can be expected to have more difficulty emerg- ing from embeddedness in the interpersonal, men more difficulty emerging from the embeddedness in the institutional. »

Ah ouais ça rejoint un peu ce qu’on disait il y a quelques mois, les couleurs chaudes = individualisme masculin, couleurs froides collectivisme féminin en gros

ouais

Dans la même veine : « From research on sociomoral development (an analysis closest to the framework we are considering here), there is recurring evidence in the study of adolescents that girls are developmentally beyond their boy cohorts. More particularly, they seem to get to interpersonalism (bleu) faster (Selman, 1969; Turiel, 1972). There is also evidence that they seem to stay there longer (Haan, et al., 1968; Kramer, R., 1968; Holstein, 1969, 1976; Kohlberg and Kramer, 1969; Gilligan et al., 1971; Hudgins and Pren- tice, 1973). If women are more vulnerable to fusion (balance 3 / bleu), it is also possible that they are more capable of intimacy (balance 5 / vert). If men find it easier to reach the psychological autonomy of ideological adulthood (balance 4 / orange), it is also possible that they find it harder to evolve to mature, postideological adulthood (balance 5 / vert). »

En gros les petites filles sont en avance sur les petits garçons car leur structure est plus adaptée au bleu. Mais ensuite elle restent plus longtemps sur le bleu que les gars donc ça s’inverse on va dire

C’est très pertinent, mais ça s’explique facilement par de l’évolutionnisme.

En gros souvent les hommes manquent de bleu (les filles leurs reprochent souvent d’ailleurs), par contre les filles manquent d’orange (rationalisme et indépendance), et les hommes restent plus facilement en orange mais ont du mal à s’ouvrir au vert.

Genre il n’y a que 24% d’hommes vegans donc 76% de femmes par exemple.

Genre il n’y a que 24% d’hommes vegans donc 76% de femmes par exemple.

C’est quoi cette dichotomie ? Qu’est-ce qui te dit qu’il n’a que deux sexes ? Et les non-binaires ??!

Pardon, j’ai oublié les demi-libanais et les mollusques afghans également :crazy_face:

Ce qui est intéressant c’est qu’au niveau spiritualité et New Age en gros ce qui est critiqué c’est le « mental » (le stade orange), et on voudrait lui substituer cet « interpersonalism » qui lui ne serait pas « égoïque » alors que c’est juste un égo collectif différent mais qu’on reste toujours dans l’encapsulation

Ouais. Sinon ce qui est intéressant c’est de réaliser que l’émergence du vert en sciences a complètement ruiné le développement de ces modèles
Ce livre date de 1980 est depuis ça a peu évolué. Parce que cette vision en « stades », ces hiéarcrchies, ça va contre les valeurs du vert
c’est fou, mais ça explique pour c’est aussi niche

Ben en général l’archétype féminin n’aime pas le déterminisme, la logique linéaire et les catégorisations donc ouais c’est pas un modèle qui plait aux gens avec un fort bleu / vert

« The results of several constructive-developmental studies indicating that women have tended more frequently than men to remain in the interpersonal balance have turned some people who are concerned about women against the constructive-developmental framework. »

Ça me refait penser à la discussion que j’avais eu il y a quelques temps avec une amie neuropsy dont j’ai parlé ici.

Tiens ça me fait penser à un truc, les gens que je connais avec un fort bleu utilisent rarement le pronom « je » mais plus souvent « on » et « nous », c’est dingue haha

haha ouais, il en parlait justement dans le livre y a pas longtemps, notamment en ramenant les façons de parler plus Occidental vs Oriental

Je viens juste de réaliser, plus tu réfléchis avec ce modèle plus y a de trucs qui font sens

haha ouais, il en parlait justement dans le livre y a pas longtemps, notamment en ramenant les façons de parler plus Occidental vs Oriental

@Bertrand Selon le Sheikh Delavier, c’est parce que les occidentaux se sont développés avec la culture du blé (capacité de vivre quasiment en autarcie donc individualisme) alors que les orientaux/asiatiques avec la culture du riz (qui doit être cultivée collectivement)