Potentialisation - Se concentrer sur une chose à la fois?

oui pour la dernière

Tandis que si je suis full potentialisation sur un sujet et pas un autre il n’y a guère que des rappels très indicés qui vont m’évoquer l’autre sujet

mais bon on peut dire que tu en fais un seul sujet
car la potentialisation descend vite
donc pour être en rappel libre sur deux sujets en même temps, il faut les traiter comme un sujet

Est-ce que ce n’est pas juste une question de productivité qui est sur une chose plus large ? Si je reprend mon exemple ce serait sur une sorte d’abstraction/agglomération de mes trois « trucs ». Ou est-ce que réellement c’est perdant et j’aurais eu les même connections si j’avais fait chaque « truc » un par un ?

@DocDoc Ah c’est ce que je voulais dire par abstraction des sujets

Mais à un niveau temporel aussi

D’accord effectivement je pensais que la potentialisation était beaucoup plus long terme

Elle l’est mais pas au même degré
d’où ce que je disais ou tout début

Disons quelle est exponentielle vs linéaire

Il y a une partie de la potentilisation qui part super vite
ouais

D’accord je comprends ce que tu veux dire
D’ailleurs en parlant de rappel indicé

Après il en reste déjà pas mal même après des semaines, d’où je ne sais plus quel biais, mais en gros le biais qui fait qu’on a plus de connexions « hasardeuses » avec ce qu’on a fait relativment récemment

Biais de disponibilité je crois ou biais de récence, ou un autre j’ai un doute

Ça me fait penser à autre chose. Je me dis souvent que les maths sont l’étude des structures, de la forme, et que par conséquent c’est l’étude de l’ossature de tous nos systèmes de pensée. Et par conséquent c’est en allant loin dans l’étude des structures mathématiques qu’on peut se donner les outils d’avoir une pensée conceptuel plus élaborée/raffinée.
Évidemment, de par l’abstraction, on peut trouver de l’inspiration partout et de nouvelles structure partout. Mais est-ce que les maths ne sont pas particulièrement axé sur justement l’abstraction, sur des structures les plus universelles possibles ?
Il me semble que les gens qui n’ont aucune formation scientifique ont souvent un manque de raffinement dans leurs structures logiques, par exemple un problème pour passé de la binarité/dualité à la continuité/relativité etc.

Après il en reste déjà pas mal même après des semaines, d’où je ne sais plus quel biais, mais en gros le biais qui fait qu’on a plus de connexions « hasardeuses » avec ce qu’on a fait relativment récemment

@Bertrand D’où les synchronicités

D’où les synchronicités

@DocDoc Ouais même s’il y a aussi le facteur émotions

Disons quelle est exponentielle vs linéaire

@DocDoc Ça c’est typiquement un recoupement d’ailleurs, de penser aux maths dans cette conversation

Et d’ailleurs l’informatique est fascinante dans la mesure où elle apporte de nouveaux systèmes de pensée

Ça c’est typiquement un recoupement d’ailleurs, de penser aux maths dans cette conversation

@Bertrand Après pour le coup dans mon cas c’est un recoupement relativement obsessionnel. Dans le sens où ça fait partie de ma façon de penser.

Ouais c’est une potentialisation « hardware »
versus software
PLT

Et toujours sur ce sujet des structures mentales, je parlais des structures mathématiques, est-ce que tu penses que c’est limitant ? Dans la mesure où finalement il existerait d’autres structures, par forcément dans le sens d’irrationelles ou illogiques, mais d’une autre nature (aucune idée de quoi je parle aha)
Et que ce restreindre à vouloir tout ramener à une logique mathématique empêcherait certains développements de la pensée ?

J’ai tendance à croire que tout ce que je ne ramène pas à une structure mathématique est peu rigoureux et donc a peu de valeur. Et finalement dans mon cas c’est souvent l’adéquation avec une structure logique qui fait la valeur d’une pensée.

Je ne saurais trop dire je suis pas assez calé en maths, mais je pense que si tu as une conception souple des maths, non c’est pas un problème
et bidirectionnelle