Sur la définition des émotions

Bertrand, comment est-ce que tu définirais les émotions ?
Et tu expliques dans tes vidéos que comme aujourd’hui tu te connais mieux, tu connais mieux les mécanismes de l’apprentissage, tu te vois appendre, tu vois venir les mindfucks etc. Est-ce que tu dirais que cette conscience de l’évolution de son propre paradigme accélère le changement ? Ne serais-ce qu’indirectement par la motivation que ça procure ?

Indirectement ouais, sinon non.

Bertrand, comment est-ce que tu définirais les émotions ?

@DocDoc J’aime bien la définition d’Antonio Damasio


https://books.google.fr/books?hl=en&lr=&id=McrLCgAAQBAJ&oi=fnd&pg=PA49&dq=Emotions+and+Feelings:+A+Neurobiological+Perspective+damasio&ots=AgiuxsrZHD&sig=0lroRZtg238ATKidza851cfbEFM#v=onepage&q=Emotions%20and%20Feelings%3A%20A%20Neurobiological%20Perspective%20damasio&f=false

Est-ce que dans ta définition @Bertrand les émotions sont une caractéristique permanente de l’expérience consciente ou bien ce sont des évènements ponctuels ? Et est-ce que tu es d’accord sur le fait qu’une forte émotion est toujours une expérience de flow ?

@DocDoc Ça dépend. À un niveau relatif c’est ponctuel, mais dans l’absolu on est en fait toujours dans une forme d’émotion animale/humaine, même quand on est neutre. Pour le lien avec le flow faudrait que j’y réfléchisse. Mais je serais tenté de dire non. Notamment vis-à-vis des émotions négatives qui me semblent globalement anti-flow. On alors il faut élargir la définition du flow pour intégrer l’idée d’être porté par une dynamique.

Est-ce que nos émotions sont des objets de notre conscience (sur lesquels ont peut poser notre attention, auquel on peut penser sans qu’il y ai d’autres objets sensoriels) ou est-ce que ce sont des sortes d’abstractions émergents de données sensorielles ? Autrement dit est-ce que les données sensorielles sont les composants des émotions (dans le paradigme de l’abstraction de ton chap 1 de SPI) ?

Ça renvoie à la distinction entre émotion et sentiment de A. Damasio. Les sentiments sont des images conscientes.
Mais les sentiments émergent de données sensorielles
et les émotions sont grosso-modo des données sensorielles particulières
Mais l’abstraction au niveau cognitif n’est jamais totale. D’où la cognition incarnée et plus particulièrement la cognition enracinée - « grounded cognition » en anglais. Voir les travaux de L. Barsalou sur la simulation
http://barsaloulab.org/Online_Articles/2008-Barsalou-ARP-grounded_cognition.pdf

Merci !! Je vais me renseigner
Mais donc quel est le lien entre les données sensorielles, les sentiments d’une part et les émotions d’autre part ? Est-ce que l’art peut procurer des émotions (si des sentiments émergents des données sensorielles de l’art qu’en est-il des émotions ?) ?
De la même manière que pour ma question précédente sur les émotions il me semble que toute donnée sensorielle se transcende en sentiment. Est-ce que cela veut dire que peut coexister une/des émotions et un/des sentiments en même temps ?

les émotions sont des formes de données sensorielles
les sentiments des images de ces données
les émotions sont des données sensorielles qui viennent de toi en gros

Je crois avoir bien compris ça mais quels sont les relations entre sentiments et émotions ? Et quel est le mécanisme par lequel l’art procure sentiments (et émotions ?)?

Je te renvoie à ce que je t’ai copié sur Damasio récemment
émotions = état d’activation particulier du corps
sentiments = représentation subjective de ces états
sentiment = haut niveau
beaucoup d’organismes vivants basiques peuvent être considérés comme ayant des émotions
ou tout du moins des « affects »
mais sans pour autant avoir de sentiments
sentiments c’est très liée à la conscience
l’art ça dépend si tu es créateur ou récepteur
et c’est du bottom-up et du top-down
certaines choses évoquent des émotions, qui évoquent des sentiments
et d’autres c’est l’inverse
évocation de sentiments puis émotions
typiquement tout ce qui est narratif (film)

Si je suis artiste donc créateur, lorsque je peint par exemple j’essaie de trouver (et donc créer) à partir d’une émotion que je ressens les informations visuelles qui permettrait de créer un sentiment (agglomération de mon émotion+informations visuelles) ? Et quand je suis récepteur je reçois les informations visuelles, celles-ci évoquent un sentiment et donc une émotion ? Est-ce que schématiquement c’est correct ? (Même si la distinction temporelle est très grossière)
Et est-ce qu’on peut encore ressentir un sentiment sans l’émotion sous-jacente?

Et est-ce qu’on peut encore ressentir un sentiment sans l’émotion sous-jacente?

Je pense que non.

Quand tu es récepteur c’est l’inverse pour la plupart des infos. Les infos éveillent une émotion. Par exemple tu vois un serpent, c’est pas un sentiment qui est activé en premier. Tu as l’émotion avant de réaliser consciemment que c’est un serpent. Je pense que c’est pareil pour beaucoup de choses. Les sentiments en premier je pense que c’est vraiment pour du narratif. Interprétation du sens => induit une émotion.

Pour le premier ouais. Je pense qu’au début c’est les émotions qui guident l’exploration créative des sous-traits, et assez rapidement tu finis par cristalliser un sentiment.

Et quand tu rêves à la 3ème personne / en narrateur, qu’est-ce que tu ressens ? Des émotions ou des sentiments ?

mais sans pour autant avoir de sentiments

Est-ce que l’effet placebo c’est lié aux sentiments ? Et est-ce que ces animaux incapables de sentiments peuvent en être victime ?

certaines choses évoquent des émotions, qui évoquent des sentiments

Quand tu rêves donc que tu es dans une frontière entre la mémoire et l’imagination, ça marche dans quel sens ?

Les deux car même si tu es le narrateur tu es aussi le personnage.
Et puis même indépendamment de ça c’est rare d’avoir l’un ou l’autre, à moins d’avoir une agnosie des émotions
Oui les dynamiques placebo sont très reliées aux sentiments. Je pense que certains animaux peuvent en avoir (les animaux qui ont des sentiments), juste pas du tout dans la même mesure que nous.
Par contre ouais ceux qui sont incapables de sentiments je ne pense pas
Le rêve simule une réalité donc ça change rien, si ce n’est que la réalité n’est pas la même.